Archive mensuelle de mars 2018

Les recrutements de cadres pourraient progresser de 13 % en 2018

 

Les recrutements de cadres pourraient progresser de 13 % en 2018

Les entreprises prévoient entre 248 000 et 271 000 recrutements de cadres au cours de l’année. Ces bonnes prévisions marquent une solide dynamique du marché de l’emploi cadre.

 

Des entreprises optimistes qui veulent embaucher davantage de cadres

En 2018, le marché de l’emploi cadre restera porteur. Les entreprises annoncent avoir besoin de recruter entre 248 000 à 271 000 cadres, soit une hausse qui pourrait atteindre 13 % par rapport à 2017. La poursuite des investissements des entreprises et leurs besoins d’encadrement et d’expertise pour accompagner l’accélération de la transformation numérique, la transition énergétique ainsi que l’évolution des organisations et de leur mode de management, sont les principaux moteurs de cette dynamique.

 

Recrutements de cadres en 2018 : une hausse jusqu'à 13 %

 

 

Des secteurs tertiaires porteurs, mais pas que…

 

Au niveau sectoriel, les services, qui concentrent 7 recrutements sur 10, ont le vent en poupe. Les secteurs tertiaires les plus « recruteurs » demeureraient les activités informatiques, l’ingénierie – R&D et les activités de conseil. Mais l’industrie et la construction, après une bonne année 2017, conservent leur dynamique haussière.

 

Des informaticiens, des cadres d’études et des commerciaux

Les fonctions informatique, études-R&D et commercial – les plus importantes en termes de recrutements – représentent près de 6 embauches sur 10. Parmi ces trois fonctions, l’informatique et les études-R&D affichent les prévisions les plus optimistes, notamment l’informatique avec une hausse qui pourrait atteindre 20 %.

 

Les jeunes cadres, cœur de cible des recruteurs

En termes de profils, les cadres ayant de 1 à 10 ans d’expérience professionnelle restent les plus prisés et devraient totaliser près de 6 embauches sur 10. Les jeunes diplômés recrutés à des postes de cadre représenteraient 1 embauche sur 5. Les souhaits des entreprises sont plus réservés pour les cadres de plus de 10 ans d’expérience et les seniors. Mais dans un marché de l’emploi cadre plus que jamais en tension, les recruteurs, comme  en 2017, devraient être amenés à davantage se tourner vers eux,

 

La plupart des régions dynamiques

Sur le plan régional, 10 des 12 régions affichent des perspectives très favorables. L’Ile-de-France, concentre près de la moitié des embauches, suivent Auvergne-Rhône-Alpes, Occitanie et Hauts-de- France. À noter en 5e position que Provence-Alpes-Côte d’Azur-Corse affiche entre +6 et +16 %, poursuivant ainsi sur sa lancée après une très bonne année 2017 qui s’est soldée par + 28 % de cadres recrutés.

 

Source : Apec, Perspectives de l’emploi cadre 2018, février 2018

Faute Lourde et ICCP, sont elles maintenus ??

En droit du travail, les sanctions prononcées à l’encontre du salarié varient en fonction du degré de gravité de la faute commise par celui–ci.

Ainsi, l’article L. 3141-26 du code de travail le code du travail prévoyait ainsi une privation du droit à l’indemnité de congés payés à l’égard du salarié ayant commis une faute lourde.

Or, cet article précité a fait l’objet d’une question prioritaire de constitutionnalité (QPC).

En l’espèce, un salarié licencié a estimé que sa privation de droit à l’indemnité de congés payés portait une atteinte au droit de repos et au droit à la protection de la santé protégés constitutionnellement.

Certes, le conseil constitutionnel saisi de cette QPC a considéré que l’article L. 3141-26 du code de travail comme inconstitutionnels, mais pour d’autres motifs.

En effet, le conseil constitutionnel a relevé d’office une atteinte au principe d’égalité prévu à l’article 6 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 selon lequel « la loi… doit être la même pour tous, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse ».

Afin de justifier l’atteinte au principe d’égalité, le conseil constitutionnel a estimé que cette disposition de l’article L. 3141-26 alinéa 2 du code travail ne vise qu’uniquement les situations dans lesquelles l’employeur est contraint d’adhérer à une caisse de congés payés.

Dès lors, le conseil constitutionnel en a déduit qu’il y avait une différence de traitement entre les salariés travaillant pour un employeur affilié à la caisse de congés payés (ceux–ci bénéficient d’une indemnité de congés payés en cas d’un licenciement pour faute lourde) et ceux travaillant pour un employeur non affilié à ladite caisse.

Aussi, le conseil constitutionnel constate que cette différence de traitement est sans rapport avec l’objet de la législation portant sur les caisses de congés payés ainsi que ceux relatifs à la privation de l’indemnité compensatrice de congés payés.

Désormais, la différence de traitement entre une faute lourde et une faute grave se situe uniquement au niveau de la réparation des préjudices subis.

Cette décision a pris effet à compter du 4 mars 2016 et est applicable dans toutes les instances déjà introduites à la date d’entrée en vigueur et n’ayant pas acquis une autorité de la chose jugée.

Concrètement, seuls les salariés ayant été licenciés pour faute lourde ainsi que ceux licenciés antérieurement à cette date et qui avaient déjà engagé une procédure contentieuse non définitivement close ou qui engageront une telle procédure pourront bénéficier de la règle issue de cette décision du conseil constitutionnel.

Source : maitre-anthony-bem Avocat contentieux

8 mars : journée des femmes, bravo mesdames.

LA CFE CGC RANDSTAD  SOUHAITE UNE TRES BONNE JOURNEE INTERNATIONALE POUR LES DROITS DE LA FEMME ET POUR L’EGALITE PROFESSIONNELLE FEMME/HOMME A TOUTES LES COLLABORATRICES DU GROUPE. 

Résultat d’images pour journée internationale du droit de la femme

Intelligence Artificielle et santé

Image de prévisualisation YouTube



Ariam Ile-de-France |
ACTU4D |
Journal des Dingues et des ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le monde animal
| Tpsupportepi
| Famousm