• Accueil
  • > Archives pour février 2018

Archive mensuelle de février 2018

La CFE-CGC au rendez-vous de la concertation handicap du gouvernement

Trois ministres, Sophie Cluzel (Handicap), Bruno Le Maire (Économie) et Olivier Dussopt (fonction publique) ont lancé la concertation qui doit durer jusqu’à la fin du premier semestre, visant à faciliter l’accès à l’emploi des personnes handicapées.

Malgré la loi de 1987 pour les entreprises privées, puis de 2005 dans la fonction publique, les personnes en situation de handicap ont des difficultés dans le maintien en emploi et l’insertion professionnelle.

Avec 500 000 personnes inscrites à Pôle Emploi, leur taux de chômage est de 19 %, deux fois supérieur à la moyenne nationale et le nombre de personnes exclues de l’emploi est important.

Afin d’augmenter leurs qualifications, le gouvernement souhaite améliorer leur accès à la formation et l’apprentissage. Il entend aussi réorganiser les dispositifs d’aide et d’accompagnement pour les aider à accéder à l’emploi et à s’y maintenir, et mobiliser les services publics tels que Pôle Emploi et Cap Emploi.

Le taux d’emploi des travailleurs handicapés dans les entreprises privées était de 4,4 % en 2015 en comptant l’emploi indirect (sous-traitants, stagiaires …) et de 5,5 % dans la fonction publique en 2017.

La délégation CFE-CGC a pris note des objectifs du gouvernement de simplifier, à la fois pour les personnes concernées et pour leurs employeurs, les formalités administratives liées à l’obligation d’emploi des personnes handicapées.

Ils ont aussi noté les « deux véhicules législatifs » annoncé par Bruno Le Maire pour des premières mesures adoptées, avec le projet de loi « Pacte » qui doit être présenté en avril 2018, et le projet de loi que prépare la ministre du travail Muriel Pénicaud pour le printemps, qui portera notamment sur l’apprentissage et la formation professionnelle.

La CFE-CGC est résolument engagée et sera force de proposition pour défendre les salariés du privé et du public avec une priorité sur la sécurisation des parcours professionnels et la prise en compte du handicap psychique.

Source : site CFE CGC

ADIA Le retour… la course a l’innovation continue

ADIA Le retour... la course a l'innovation continue  dans ACTUALITE

https://adia.com/ch-fr/

 

Infosys s’est allié au groupe Adecco pour moderniser son activité de recrutement et concevoir une nouvelle plateforme web baptisée Adia.

Adia, la nouvelle plateforme de recrutement en ligne du Groupe Adecco, entend harmoniser avec plus d’efficacité l’offre et la demande sur le marché de l’emploi, et ce, en gérant plus efficacement les profils. Adia cible tout particulièrement les candidats et les clients de différents secteurs tels que l’hôtellerie, l’événementiel ou la logistique. Elle permet ainsi aux employeurs de trouver du personnel temporaire pour des missions de courte durée.

L’algorithme de la plateforme fait, en effet, correspondre les offres d’emplois aux demandeurs selon leurs compétences, leur niveau d’expérience, la proximité avec le lieu de travail et la disponibilité en temps réel des candidats. L’utilisateur peut ainsi recruter un nouveau candidat et même planifier les roulements d’équipe, émettre des contrats et approuver les feuilles de temps, à partir de cette plateforme, le tout en temps réel.
Après avoir lu cela, on se demande vraiment si l’algorithme  profite a l’humain ou s’il n’y a pas un phénomène de mode sur l’innovation liée au recrutement qui, bien souvent, donne un programme  peu abouti ou déconnecté d’une certaine réalité terrain,  et qui donne 2 fois plus de travail aux collaborateurs, charger eux, d’assurer le quotidien d’un recrutement avec un client en face . D’ailleurs le client même si au cœur du réacteur de la stratégie(dans le discours) est souvent reléguer au second rang dans la stratégie d’innovation.

Randstad : Bénéfice Record en 2017 !!!

Le groupe néerlandais de travail temporaire Randstad a publié mardi pour l’année 2017 un bénéfice net en hausse de 7% à 631,4 millions d’euros, porté notamment par la croissance de ses marchés européens. Le chiffre d’affaires s’est établi à 23,27 milliards d’euros, en hausse de 13% par rapport à l’année 2016, soit une augmentation de 8% à périmètre comparable, a indiqué le groupe dans un communiqué. Cette hausse est « le plus haut niveau de croissance depuis 2011″, a déclaré le directeur exécutif Jacques van den Broek, cité dans le communiqué.  »Nous sommes fiers d’avoir surperformé sur les marchés les plus significatifs. Nous avons terminé l’année en force, malgré des comparables nettement plus fortes », a-t-il poursuivi.

Sur l’ensemble de l’année, la France a connu une croissance de 19%, la Belgique et le Luxembourg de 14%. C’est en Italie que les ventes ont bondi, avec une hausse de 49%. Les Pays-Bas ont enregistré une hausse de 5% alors qu’ils représentent au quatrième trimestre 14% du chiffre d’affaires du groupe. En Amérique du Nord, les ventes sont restées stables (0%).  »Notre situation financière reste saine », a indiqué le groupe qui propose pour 2017 un dividende de 2,07 euros par action contre 1,89 euro un an plus tôt, soit une hausse de 46%. A cela s’ajoutera un dividende spécial record de 0,69 euro par action. Au quatrième trimestre 2016, Randstad a publié un bénéfice net de 197,9 millions d’euros, en hausse de 30% sur base annuelle.

Le Figaro.fr avec AFP

Augmentations de salaires : quel montant esperer en 2018?

Source : Le figaro du 10/01/2018

D’après le cabinet de recrutement Robert Half, près de 9 managers sur 10 devraient accorder une augmentation de salaire à au moins un membre de leur équipe en 2018.

Demander une augmentation est toujours une affaire délicate. Les traditionnels entretiens annuels d’évaluation représentent une fenêtre de tir idéale pour s’y atteler. Et cette année pourrait être la bonne… D’après le cabinet international de recrutement Robert Half, qui a sondé plus de 500 dirigeants, 88% des directeurs et managers envisagent d’augmenter au moins un collaborateur de leur entreprise ou service cette année. Une bonne nouvelle quand on sait que, comme en 2017, près d’un cadre sur deux a l’intention de demander une augmentation cette année.

» Les salaires nets des Français vont augmenter à la fin du mois

De là à espérer monts et merveilles… Pas si sûr… Toujours d’après le cabinet de conseil Robert Half, les augmentations de salaires devraient osciller majoritairement entre 1% et 5%. Toutefois, tous ne devraient pas bénéficier de cette augmentation. «Pour ceux dont le salaire est déjà au taux du marché (34 % des dirigeants estiment que les salariés dans ce cas ne seront pas augmenté) ou dont la dernière augmentation est trop récente (pour 16 % des dirigeants, cette situation les prive d’une nouvelle augmentation), il sera difficile de prétendre à une augmentation», souligne le rapport. D’autre part, les mauvais résultats et les avantages supplémentaires «non financiers» pèsent également dans la balance. «En général, la raison principale qui pousse les DG, managers et DSI à ne pas augmenter leurs collaborateurs est le manque de ressources financières (pour 53 % d’entre eux)», peut-on lire dans cette étude.

Si l’augmentation de salaire est un moyen de montrer la satisfaction d’un travail bien effectué, les habitudes changent. «Certaines organisations ont d’ailleurs parfois converti les augmentations de salaires vers les paiements de primes, plus à même de motiver la performance, à condition de créer un système de bonus efficace», soulignait une autre étude du cabinet Robert Half sur la rémunération en 2018. «Comme évoqué lors de la publication de notre dernière étude de rémunérations, les entreprises renouent avec la création d’emplois et, contrairement aux comportements prudents des années précédentes, elles ont intérêt à envisager les moyens pour attirer ou garder les meilleurs talents», déclare Olivier Gélis, directeur général de Robert Half France.

DECLARATION CFE CGC A L ISSUE DES NAO

Les négociateurs présents estimant que l’effort porté sur les salaires et annexes concernant les champs de la négociation annuelle obligatoire  n’étant pas à la hauteur de l’investissement consacré tout au long de l’année 2017 ont lu le texte suivant : 

La CFE CGC réunie ce 2 février pour la dernière réunion de négociation portant sur les NAO RIS/RANDSTAD au titre de l’année 2018 tient par cette déclaration :

 

-          A préciser son désaccord sur les « Mesurettes » présentées par le COMEX via ses représentants présents ce jour.

-          Estime qu’une négociation loyale et transparente n’a pas eu lieu sur les dates :

 R1 : 10 janvier 2018, R2 : 25 janvier 2018 et R3 : 2 février 2018

 *En effet, la direction s’est permise d’uniformiser unilatéralement les données à présenter en NAO sans sortir du cadre permettant de reprendre les spécificités des réseaux Randstad et RIS.

*Les Comptes Rendus de réunions ne nous ont pas été transmis dans des délais suffisants nous permettant d’avoir une lecture et analyse précises.

*Les modifications que l’entreprise a bien voulu apporter nous ont été présentées sur table et non remises aux différents DSC.

*Aucune information ni documents n’ont été remis sur la répartition de la Valeur Ajoutée, sur les dispositifs d’épargne salariale tel que prévu par la loi.

*Le système de variable a systématiquement été opposé à nos demandes d’augmentation générale des rémunérations.

 

La CFE CGC a fait preuve de bonne foi dans les échanges lors de chaque réunion de négociation, tenant compte :

*Des résultats et de l’année exceptionnelle en termes de bénéfice et de chiffre d’affaire au titre de l’année 2017

*De l’importante contribution perçue par Randstad France au titre du CICE en 2017.

*De l’engagement des salariés permanents des réseaux RIS / RANDSTAD pour permettre l’atteinte de tels résultats.

*Des augmentations « Entreprise » et « Gouvernementale » telle que la mutuelle / prévoyance permanent et la CSG pour exemple.

 

Par ces motifs :

La CFE CGC précise qu’il n’y a pas eu la moindre reconnaissance de la direction envers son personnel.

Que les mesures et le budget alloué pour ces NAO 2018 restent bien en deçà des moyens réels que pouvait mettre en œuvre un groupe à la santé financière insolente.

Que « Human Forward » signifie « l’Humain pour aller plus loin » : les poches vides c’est toujours plus compliqué.

 

Espère que les salariés des 2 réseaux RIS et RANDSTAD ne deviendrons pas moins « PERSEVERANTS », moins « PASSIONNES », et ne ferons pas leur travail avec moins de « PLAISIR » au regard de « l’austérité » salariale résultant de nos différents échanges.

 

La délégation CFE-CGC




Ariam Ile-de-France |
ACTU4D |
Journal des Dingues et des ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le monde animal
| Tpsupportepi
| Famousm